Maintenant ou jamais !

Posted by
| Commentaires fermés sur Maintenant ou jamais !

L’heure n’est plus aux discours.

L’ECONOMIE NUMERIQIE est un fait.

Nous, experts comptables, au cœur du monde de l’entreprise, devons l’adopter, l’intensifier dans nos cabinets.

Notre environnement professionnel nous sollicite à tout instant.

Sachons y répondre.

 

Mais une question se pose ? C’est quoi l’économie numérique pour un expert comptable ?

C’est d’abord un facilitateur d’échanges,

C’est ensuite un accélérateur de productivité,

C’est enfin, et surtout, un facteur de croissance sur des prestations à forte valeur ajoutée.

 

Détaillons :

  • FACILITATEUR D’ECHANGES

Qui dit échanges, dit communication, et c’est quotidiennement une circulation incessante d’informations en amont et en aval.

  • Nos clients, d’une part

Collecte de leurs informations, récupération des données chez leurs partenaires, avec à la clé réception, traitement et archivages fluides.

Oubliés, les classeurs, oubliées les chemises qui débordent, les pièces, comptables ou non, parviennent numérisées, directement à leur cible (collaborateur), sont traitées avec un maximum de qualité et archivées avec un maximum d’accessibilité quasi immédiate.

Oubliés, les relevés bancaires et leur fastidieuse et coûteuse saisie.

Notre client paye par virement, dès lors le bénéficiaire apparait sur le relevé et est identifié automatiquement par le logiciel d’intégration comptable.

 

Oubliées, les sempiternelles questions aux organismes sociaux (ex : RSI), l’ouverture d’un compte personnalisé situe la position du client, éclaire les niveaux de cotisations, simplifie la comptabilisation et informe le client de sa position en permanence.

Oubliées, les déclarations fiscales en retard. Notre grand « Partenaire », l’Administration fiscale, s’est mise au goût du jour. Progrès hallucinants, souvent en avance, les EDI virevoltent d’une boite mail à une autre, contrôlant les données envoyées, actant d’une date certaine et sécurisant le contribuable toujours inquiet.

 

  • Nos autres partenaires, d’autre part

Déjà cités pour la plupart ci-dessus, à savoir Administration fiscale et organismes sociaux majoritairement, on aurait garde d’oublier les banques y compris Banque de France, les AGA et les Centres de gestion.

Dans cette toile où tout est accessible, les autres partenaires doivent inclure les partenaires de nos clients, c’est-à-dire leurs clients, leurs fournisseurs voire leurs collaborateurs avec, par exemple, l’envoi des bulletins de salaires sur leur messagerie personnelle.

 

  • ACCELERATEUR DE PRODUCTIVITE

OUI, MAIS…..

Oui, car la collecte, le traitement et le livrable s’en trouvent très largement facilités. De l’entrée des données jusqu’à son agrégation, les processus sont, incomparablement, décuplés en rapidité et qualité.

Nos jeunes collègues et confrères ne s’imaginent pas le process d’antan où une information mettait parfois plusieurs jours à cheminer le long de nos circuits (la carte perforée des années soixante ! ).

Aujourd’hui, quelques nanosecondes suffisent !

Quel progrès, quelle souplesse, quel confort ! Et tout cela, bien sûr, au service du client.

Mais !

La productivité nécessite en amont, conviction, investissements, persuasion et, avant tout, formation.

Conviction, car nous devons être conscients que les délais sont courts, le train ne passera pas deux fois

Investissements, car nos outils doivent faire l’objet régulièrement de renouvellement

Persuasion, car, comme tout changement, celui-ci fait peur

Formation, avant tout :

De nous-mêmes

De nos collaborateurs dont certains perçoivent ces arrivées comme autant de facteurs déstabilisants, remettant en cause leurs habitudes et, parfois même, leur poste.

Des clients, enfin : nous devons être le vecteur de cette révolution, être les moteurs d’une prophylaxie urbi et orbi et savoir partager les avantages et les profits.

Dur, dur, parfois…..

 

CROISSANCE ET VALEUR AJOUTEE

Faciliter les échanges, accroître notre productivité ne sont que des moyens.

Quel en est l’objectif ?

La  CROISSANCE, bien sûr.

C’est donc une « révolution culturelle » qu’il faut envisager. Elle prendra du temps, mais nous n’y échapperons pas.

Déjà largement commencée au-delà de nos frontières et dans certains secteurs de l’économie, nous devons savoir et considérer que, dans un délai de 5 à 10 ans, la moitié des cabinets d’aujourd’hui, non seulement auront changé de dirigeants mais, peut être (surement ?) n’existeront plus dans leur structure actuelle.

Alors ?

Souhaitez-vous que vos collaborateurs vous quittent ?

Souhaitez-vous que vos clients vous quittent ?

Et, touche finale,

Que le cabinet que vous avez dirigé et bâti au cours de nombreuses années, tel du sable, vous glisse entre les doigts ?

La concentration professionnelle s’accélère, vous devez être incontournables, quelle que soit votre taille, être attractif en interne comme en externe.

Pour cela penser à proposer ET proposer des services à forte valeur ajoutée.

Tarte à la crème, diront certains, discours souvent entendus, diront d’autres,

Et si c’était le moment de s’y engouffrer.

Les outils et les process de l’économie numérique sont là pour vous y aider.

C’est le moment ou jamais !

 

Profitez de la technologie actuelle pour :

  • Raccourcir vos circuits
  • Etre réactifs aux demandes
  • Pourfendre ceux qui vont, je ne sais où, traiter ou faire traiter la comptabilité de leurs clients (sans le dire en plus)
  • Réduisez les coûts (et donc les prix ?) sur les tâches de base de notre métier
  • Diversifier votre offre, en particulier servez-vous d’un site internet comme vitrine
  • N’ayez pas peur des distances
  • Former vos équipes
  • Afficher sur vos savoir-faire
  • Et, surtout, faites le savoir
  • En un mot, soyez des ENTREPRENEURS et donc ENTREPRENEZ !

 

Considérez que l’ECONOMIE NUMERIQUE, non comme une fin en soi, mais comme un moyen.

 

Nous sommes tous des passionnés, alors donnez-vous les moyens de garder cette passion, cette petite flamme qui nous maintient en vie

Prenons garde que le vent de l’Histoire ne l’éteigne !

THIERRY LEPRINCE